La qualité de vie au travail (QVT) est devenue l’enjeu majeur des RH dans les entreprises.

Si nous avons eu envie d’inaugurer notre blog en vous parlant d’un essentiel, un élément fondamental et moteur de la vie : le bonheur, c’est parce que ce qui nous importe vraiment, c’est de vous accompagner dans cette quête de bien-être, de mieux être qui est le véritable garant de votre efficacité professionnelle et de votre bonheur…

Bien-être au travail et bonheur vont de pair, si le premier ne suffit pas à garantir le second, le mal être au travail peut représenter une entrave  douloureuse au bonheur individuel. Alors avec méthode et enthousiasme, en partant de ce que nous connaissons bien : l’entreprise, rappelons le cadre légal qui garantit la sauvegarde d’une partie du bien-être au travail.

 

Voyons comment la loi en France encadre l’égalité des chances vers le chemin du bien-être, une des délicates rampes d’accès à la félicité convoitée.

Le cadre légal de la QVT (qualité de vie au travail) est le décret concernant l’obligation générale de prévention des risques pour l’employeur.

Le point de départ structurant sont des accords nationaux interprofessionnels signés à l’unanimité par les organisations patronales et syndicales pour prévenir les risques psychosociaux :

  • Sur le stress au travail, le 2 juillet 2008,
  • Sur le harcèlement et la violence au travail, le 26 mars 2010,

L’employeur a donc depuis l’obligation générale de prévention des risques psycho sociaux

(RPS) selon des principes définis. 

                            Ces risques sont les suivants :                    

  • le stress
  • les violences internes
  • les violences externes
  • le syndrome d’épuisement professionnel.                     

À partir du 19 juin 2013 selon un Accord National Interprofessionnel, les entreprises sont

appelées à adopter une démarche transversale, systémique et stratégique concernant la

qualité de vie au travail (QVT).

Les entreprises auraient tort de se limiter à aborder le sujet de la qualité de vie au travail sous la contrainte réglementaire. La QVT est de plus en plus étudiée comme levier de compétitivité. Des exemples  probants, viennent confirmer la justesse de ce choix. Pour ne citer qu’un exemple : le Management Bienveillant est au coeur des pratiques managériales du groupe Casino avec un réseau de plus de 800 “Bienveilleurs” créé afin d’identifier et d’orienter les salariés. Les initiatives menées par les « Hapiness Managers » se multiplient, et les résultats en terme d’efficacité des salariés concernés sont éloquents.

Et vous, êtes-vous prêts à accueillir bienveillance et bonheur dans votre entreprise ?

 

 

Pascale Landriq

Formatrice en efficacité professionnelle et Professeur de Yoga Corporate